COP21 : Un accord historique qui reflète le changement dans le monde réel et protège les plus vulnérables

Introduction

195 pays sont parvenus aujourd’hui à dépasser leurs divisions traditionnelles pour se rassembler derrièrele plus grand défi moral de notre époque et sceller un accord historique sur le climat. L’accord de Paris est un accord inclusif, fondé sur la science qui reconnaît l’urgence et l’échelle de l’action nécessaire pour combattre le changement climatique et accélère la transition déjà largement entamée des énergies fossiles vers les énergies propres. En donnant au monde les outils pour réduire les émissions à zéro, pour protéger  les plus pauvres et les plus vulnérables et pour régler la question de la pollution en Inde et en Chine, l’accord de Paris proclame la fin de l’ère des énergies fossiles. Depuis des années, les citoyens défilent dans les rues tandis que des groupes issus de tous les pans de la société, religieux, professionnels de santé, parents, syndicalistes, peuples indigènes, villes, entreprises et investisseurs, entre autres, en appellent de longue date  à combattre le changement climatique. La société civile continuera de faire pression sur les dirigeants, dès aujourd’hui et avec de plus en plus de fermeté au cours des prochains mois, pour faire en sorte que le monde réel continue d’accélérer. Dans l’esprit de cette réponse globale à une crise climatique globale, l’accord de Paris crée les conditions pour changer les choses, de façon significative et durable.

Tweet

A faire

Points clés

  • Dans un moment historique, les pays du monde entier se sont réunis pour siffler la fin de partie pour les énergies fossiles. Face à l’évolution de fond entamée dans l’économie mondiale, 195 gouvernements ont utilisé aujourd’hui leur force collective pour protéger la population et forger un accord contraignant pour lutter contre la menace croissante du changement climatique. Celui-ci comprend un engagement à un objectif de long terme consistant à ramener les émissions à zéro et une révision régulière des engagements nationaux tous les cinq ans.
  • En soutenant un tel accord ambitieux, les gouvernements ont démontré leur solidarité avec les plus vulnérables. Alors que les effets du changement climatique frappent les populations du monde entier, de Chennai aux Philippines en passant par le Royaume-Uni et la France, la voix des commuantés vulnérables  été entendue à Paris comme jamais auparavant et le nouvel accord reconnaît leurs besoins et leurs problèmes. Il laisse la porte ouverte à une hausse de la température limitée à 1,5°, et fixe un cap pour accroître le soutien aux plus vulnérables, notamment en augmentant le financement.
  • Pour les dirigeants, c’est maintenant que le travail commence. Si Paris marque le début d’une nouvelle ère pour l’action climatique, il reste encore aux gouvernements beaucoup plus à faire pour accélérer la transition vers 100% d’énergies renouvelables et faire en sorte que les communautés puissent s’adapter et être protégées des impacts du climat. Tous les yeux sont maintenant rivés vers les Etats pour qu’ils tirent parti des engagements inscrits dans l’accord de Paris pour accélérer rapidement la transition à leur niveau national, et revenir dès que possible à la table des négociations avec des engagements révisés à la hausse.
  • L’accord de Paris n’est pas l’aboutissement mais plutôt un point de bascule dans la lutte contre le changement climatique. Chacun risque de subir les effets d’une planète qui se réchauffe et réviser rapidement l’ambition de l’action crééra des bénéfices pour tous. Alors que le marteau s’est abattu sur les négociations onusiennes, des groupes issus de tous les secteurs de la société se mobilisent déjà plus fortement pour la sortie des énergies fossiles en choisissant une transition juste vers un avenir alimenté aux énergies renouvelables. Alors que la transition s’accélère et s’intensifie dans un monde post-COP21, les citoyens du monde entier continueront à demander aux gouvernements et aux entreprises de leur rendre des comptes concernant la mise en œuvre concrète de l’accord dans leur vie quotidienne.

Contexte

The activists, observers, analysts, reporters and negotiators heading home from the climate summit in Paris this weekend have been witness to an historic moment for the planet and for its peoples. Although the final agreement text does not fully reflect the level of ambition called for by civil society and many of the participating nations, it is the first time that so many countries have signed onto a binding deal to limit climate change and committed to reducing their carbon emissions. For that reason alone, the outcome in the French capital will go down in the history books.

The final text consists of two parts: a binding ‘agreement’ and a ‘decision’.  Observers recognised the historic nature of the agreement and the fact that it marked a milestone on the path to a fully renewable energy future, but commented that civil society was still far ahead of governments, and that leaders – once they had signed the agreement – would still need to deliver on it.  

– Immediate ambition and long-term goal: The text says countries will seek to keep temperature rises to « well below » 2DegC above pre-industrial levels, beyond which dangerous climate change is expected. It also includes a reference to a tougher limit, saying countries will “pursue efforts to limit the temperature increase to 1.5DegC”, which is necessary to the very survival of the most vulnerable nations.  Countries will aim to peak climate change-causing emissions “as soon as possible’, and “in accordance with best available science, so as to achieve a balance between anthropogenic emissions by sources and removals by sinks of greenhouse gases in the second half of this century, on the basis of equity, and in the context of sustainable development and efforts to eradicate poverty”. In other words, this is a long-term target of net zero emissions by the end of the century (which leaves the door open for techniques such as carbon capture), and while the inclusion of such a target will have a real impact on emissions, it is considerably less ambitious than the target of full decarbonisation by 2050 that many support.

Differentiation: The new deal stresses developed countries “should” take the lead on greenhouse gas cuts, but also encourages all countries to adopt tougher economy-wide emission cuts “over time”, in light of their differing national circumstances. The text on differentiation has been welcomed as avoiding a richer versus poorer divide, while recognising that countries are in very different positions.

– Ambition mechanism: The text refers to a five-year cycle for reviewing and potentially raising the level of pledges countries have made to tackle climate change up to 2030, which are currently not enough to put the world on a path to meet the 2C target, let alone the tougher 1.5DegC goal. The non-binding ‘decision’ element of the agreement says there should be stocktake of collective emissions reduction efforts in 2019, to see if they are in line with the long-term ‘greenhouse gas neutrality’ target.

The inclusion of an ambition mechanism despite some nations’ objections is a positive result for forward-looking countries, featuring stronger legal language to help stay under a 2DegC rise. It also sets the first review date for 2019, a year later than some observers were calling for.

– Financial support and adaptation – On finance, the text stipulates US$100 billion should be a “floor” of commitments from developed nations, but underlines the need for other emerging economies to contribute “on a voluntary, complementary basis”. It talks of finding “new sources of finance” , refers to achieving a balance between adaptation and mitigation finance, and recognises that the great the impacts of climate change, the higher the risks of exceeding adaptation limits.

One of the most thorny issues in the negotiations has been resolved by mentioning finance from both developed and emerging economies, but making emerging economies’ contributions voluntary. While it is addressed in the decision text, the exclusion of finance from the core agreement, including an adaptation finance target will disappoint some observers, who stressed that it was the best way of ensuring the nations hardest hit by climate change were helped to adjust.

– Loss and damage – There is no mention of a financial mechanism to address the issue of loss and damage.

This means those peoples whose homes and communities have already been affected by climate change will get no specific help to make up for those impacts. It will be a blow to the world’s poorest, who suffer most from climate change even though they are the least responsible for it.

As the summit began at the end of November, it was not a given that a binding universal deal would be reached at all. Hopes were high, however, with many signs in the outside world that there was momentum for a strong agreement, and that lasting change was already taking place.

This year saw unparalleled political alliances for the climate, such as the US-China partnership, the Germany-Brazil declaration and US-India meetings. Leaders of some of the most polluting nations such as US President Barack Obama and China’s Xi Jinping committed to major emissions reductions and made climate finance pledges, showing that their countries were ready to get behind a deal they hadn’t pushed in the past. India’s Narendra Modi spoke of the importance of climate action, and set ambitious domestic renewable energy targets. In Australia and Canada, two countries which had been labelled climate “villains”, changes of government in the months preceding the summit were further boosts for the movement. And vulnerable nations and small island states showed cohesiveness and leadership as they spoke out for a strong deal.

In the energy world, the costs of renewables were continuing to fall, and clean energy was quickly gaining market share in richer and poorer regions. In 2015, 1,000 cities, including Paris, announced targets of 100 per cent renewable energy. Businesses like Google, Coca-Cola, BMW, Microsoft and many others did likewise, committing to a fully renewable electricity supply.  

The other side of the renewables boom was the crumbling of fossil fuels – particularly coal – with projects cancelled, firms in dire financial straits, and prices in turmoil. The divestment movement gained huge amounts of strength, with experts such as the Bank of England’s Mark Carney warning of the risks of stranded assets. Financial behemoths such as Axa and Allianz, cities like Melbourne and Münster, academic institutions like the London School of Economics and Oxford Brookes University – over 500 institutions in total – all pulled their money out of fossil fuels, reaching a total of $3.4 trillion during the climate summit.

As fossil fuel firms realised they were being pushed out of the picture, some tried to stay relevant by promoting a global carbon price, by creating new social media campaigns – including even inventing their own followers – by sponsoring the very climate talks whose success would hurt their bottom lines irreparably, and by paying lobby groups to do their dirty work for them. Such attempts were systematically shown for what they were by an array of studies and analyses which exposed the yawning chasm between fossil fuel firms’ actions and words.

Perhaps the most consistent and united calls this year for a meaningful Paris deal to speed up the ongoing transition to 100 per cent renewable energy came from civil society groups. The Pope, through a historic statement on the importance of protecting the planet and then further speeches, fired up the world’s Catholics and other faith groups got in on the action. A ground-breaking study in the Lancet journal on the impact of climate change on public health was a focal point for the many medical workers and doctors who marched and called for change. Trade unionists and workers also spoke out and marched for a just transition. Others from parents, to gender groups, indigenous people, young people and more joined in.

While many climate marches took place across the world this year – particularly in New York around the UN’s sustainable development meetings in September – the biggest ones were scheduled for the weekend before the COP21 summit kicked off, on 28-29 November. The tragic terrorist attacks in Paris the week before meant that the civil society actions planned for the French capital were cancelled. Instead, climate activists and campaigners placed hundreds of pairs of shoes on the Place de la République to represent those who could not march, and 10,000 people formed a human chain to call for an end to fossil fuels. But elsewhere around the world, from Dhaka to Tokyo, Geneva to Jakarta, 785,000 people turned out in force to march for the climate, as summit talks began.

Previous negotiations sessions, led by the French COP21 presidency, had led to a text going into the Paris summit that had been trimmed down but which still lacked bridging proposals on key elements such as climate finance, a mechanism to increase national ambition on reducing emissions, and a long-term decarbonisation goal. Throughout the year, countries had submitted their own national pledges for climate action. As talks opened in Paris, 160 countries had done so – and the combined effect of the implemented plans would be enough to keep the world on a path of around 3DegC of warming – still far from the 2DegC or 1.5DegC limit needed to avoid dangerous climate change – but a bigger step forward already than previous climate summits had managed to achieve.

Those going into the first week of talks were aware that one of the chief crunch issues would be climate finance – providing the pledged $100 billion per year for the developing countries by 2020, and scaling it up afterwards. Observers were also calling for a significant amount of climate finance money to be allotted to adaptation: that is, helping those countries already facing climate change impacts to adapt to and deal with them.

Other elements observers said were crucial to reach a strong agreement were a long-term goal for full decarbonisation, as supported by the G7 and the most vulnerable nations, and an ‘ambition mechanism’. This mechanism would mean countries have to review and increase their climate commitments every five years, ideally starting in 2020 at the latest, to meet the long-term decarbonisation target. Another issue campaigners saw as key was that of ‘loss and damage’: that is, supporting and assisting those nations already losing out due to climate change impacts.

On November 29, the summit opened with leaders of participating nations addressing delegates, as the world watched and again made clear its desire for a strong deal through a 3.6 million-signature-heavy petition. Leaders were praised for their words, which were generally strong and were seen to be injecting ambition into the beginning of the two week meeting. Those of most vulnerable nations were particularly welcomed, after they signed a declaration for 100 per cent renewables. After leaders went home, negotiators took over for the first week, followed by ministers the second week. As the days progressed, there appeared to be some progress made, for example on issues like the 1.5DegC temperature rise limit, with more and more nations, both developed and developing, supporting it.

Other countries, however, were accused of being ‘blockers’, and ‘fossils of the day’, but with real world momentum gaining speed outside the summit, it became ever clearer that they were fighting a lonely battle. With  major financial commitments secured, historic alliances forged, new targets for renewable energy, massive new divestment pledges, an unprecedented joint call for action from all parts of the health sector, and new figures showing global emissions had reached a plateau and that coal consumption worldwide is falling, it was clear that outside the walls of the negotiating rooms, a global shift was already taking place.

As ministers handed over their draft text on Wednesday of the second week, people attending COP21 staged a peaceful two-hour sit-in to remind governments of the need for an ambitious Paris deal that delivers enough emissions reductions and finance to protect the world’s most vulnerable. Six million people signed a petition delivered to UN Secretary General Ban Ki-moon calling for a strong solution. As citizen groups came together to demand climate justice, so did countries – albeit more slowly – to try and resolve key elements of the deal being negotiated, like a long-term decarbonisation goal and regular reviews to increase ambition.

Late on Thursday, another text was produced, which was then scrutinised by countries until 6am on the Friday morning. After another day of discussions, the final agreement text was delivered by COP21 president Laurent Fabius this afternoon, Saturday 12 December.

Despite its flaws, the Paris agreement is an historic agreement which unites an unprecedented number of countries in cutting emissions. It will help speed up the ongoing transition to a 100 per cent renewable energy future, protect people’s health, habitats and communities, and support the most vulnerable.

However, the ambition missing in certain crucial areas means there is still much more to be done. Politicians have been outpaced by the growing numbers of people, groups from economists to health and faith leaders, businesses and investors acting for the climate, and the real world shift from fossil fuels to renewables, which is set to gather speed post-Paris. The faster this can be scaled up, the greater the chance we have of minimising global temperature rise and protecting the world’s peoples from the worst impacts of climate change, and of maximising the benefits for young and old, poor and rich, men and women, north to south, east to west, of the coming clean energy future.

Documentation

Couverture média :

Manifestations :

Communiqués de presse :

RAPPORTS ET LIENS UTILES

Sites institutionnels

Décryptage

Publications    

Textes de référence    

Images

Citations

Dirigeants

  • « Face au réchauffement climatique, nos destins sont liés. Nous ne serons pas jugés sur un mot, mais sur un acte, pas sur un jour, mais sur un siècle. Il en va de notre crédibilité collective. La présence aujourd’hui de 196 délégations, après tant de mois de travail, est sans précédent dans l’histoire des discussions sur le climat. Un espoir considérable s’est levé. Des initiatives ont été prises dans tous les continents, notamment sur les énergies renouvelables. Nous sommes donc capables d’assurer la lutte contre le changement climatique. » – François Hollande, président de la République
  • “Il n’y aura pas de sursis possible, l’accord décisif pour la planète, c’est maintenant” – François Hollande, président de la République
  • “La France vous conjure d’adopter le premier accord universel sur le climat” – François Hollande, président de la République
  • “Le 12 décembre 2015 peut être une grande date pour l’humanité, un message de vie. Et je serai personnellement heureux, presque soulagé, fier, qu’il soit lancé de Paris, ce message là, car Paris a été meurtri il y a tout juste un mois jour pour jour. Nous vous demandons donc d’adopter le premier accord universel sur le climat de notre histoire. Il est rare d’avoir dans une vie l’occasion de changer le monde, saisissez là, pour que vive la planète, vive l’humanité et vive la vie” – François Hollande, président de la République
  • “Une autre raison puissante d’approuver l’accord, tient au contexte qui l’entoure. C’est qu’en ce mois de décembre 2015, nous sentons bien qu’existe ici à Paris, ce que certains appellent un « momentum » particulier, notamment au regard de la mobilisation de la société civile. Vous l’avez tous répété au cours de ces deux semaines de travaux, un contexte aussi positif, une telle conjonction des planètes, pour reprendre un terme que notre ami Ban ki-Moon affectionne, n’ont jamais été autant réunis qu’aujourd’hui. Notre responsabilité face à l’Histoire est donc grande, et cette responsabilité consiste à ne pas laisser passer l’occasion unique qui s’offre à nous” – Laurent Fabius, président de la COP21
  • “Le temps est venu de nous concentrer non plus sur les lignes rouges, mais sur les lignes vertes d’un compromis universel” – Laurent Fabius, président de la COP21
  • “Le texte est le meilleur équilibre possible, à la fois puissant et délicat, qui permettra à chaque délégation de rentrer chez soi la tête haute et avec des acquis importants ». – Laurent Fabius, président de la COP21
  • “L’une d’entre vous rappelait l’autre jour la phrase justement célèbre de Nelson Mandela. Je cite : « cela semble toujours impossible jusqu’à ce que cela soit fait ». Je veux y ajouterai ces autres mots, du même héros. Je cite : « aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès . Le succès est à portée de toutes nos mains réunies. Vous allez, dans cette salle, décider d’un accord historique. Le monde retient son souffle et il compte sur nous tous” – Laurent Fabius, président de la COP21
  • « La fin est proche. Finissons maintenant le travail. Le monde regarde. Des millions de gens dépendent de votre sagesse » – Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies
  • “Nous saluons l’accord historique trouvé à Paris. Nous appelons à de fortes ambitions, avec des partenariats importants, la mobilisation du monde de la finance, et la mise en place de plans climat nationaux. Paris a tenu ses promesses. Maintenant la responsabilité est la nôtre.” – Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies
  • “Je salue solennellement l’accord de Paris qui vient d’être finalisé par les négociateurs à la COP21. Comme la présidence française l’a affirmé à plusieurs reprises, cet accord fait suite à une mobilisation décisive et historique de la société civile, des villes du monde et du secteur privé, qui apportent dès aujourd’hui les solutions à la lutte contre le péril climatique. […] La COP21 n’est pas un aboutissement, elle est un point de départ. Face à l’enjeu universel du péril climatique et des inégalités qu’il produit, chacun doit prendre sa part. Paris, comme les villes-mondes, continueront à être au rendez-vous de leurs responsabilités.  » – Anne Hidalgo, Maire de Paris

ONG

  • « En intégrant dans le dernier texte de négociation, un objectif de limitation à long terme à 2°C de hausse de la température moyenne mondiale avec une référence à la limite de 1,5°C, les gouvernements envoient un signal fort indiquant que les gouvernements sont engagés à s’aligner sur la science. Ce dont nous avons besoin maintenant c’est qu’ils accélèrent leurs actions, en termes de réductions de leurs émissions et de soutiens financiers, pour tenir cette limite. Le texte de l’accord présente les opportunités de mettre à jour les promesses des pays (INDCs) avant 2020 – c’est le cas du premier rendez-vous ou dialogue facilité en 2018 – mais aussi d’autres opportunités pour l’après 2020. Pour avoir une chance d’atteindre leur objectif de long terme, les promesses en termes de financements et de réduction des émissions doivent être augmentée de manière équitable avant 2020. Ce qui nous inquiète le plus c’est qu’il n’y a aucune garantie de soutien pour ceux qui seront les plus touchés par les impacts du changement climatique, particulièrement les populations les plus vulnérables. Point crucial : l’accord contient bien les éléments pour créer l’opportunité de rendre les engagements des pays au niveau national de plus en plus forts au fil du temps en termes d’atténuation, d’adaptation et de financement.  » – Tasneem Essop, cheffe de la délégation du WWF pour la COP21
  • « Il aurait été illusoire de penser que la COP 21 allait répondre à tous les enjeux. La COP21  est une une étape importante dans la lutte contre le changement climatique mais Paris n’est pas magique et l’accord ne nous donne pas les moyens de maintenir la hausse des températures en dessous des 1,5 degrés nécessaires pour protéger les populations les plus vulnérables des conséquences toujours plus désastreuses du changement climatique » – Romain Benicchio, porte-parole d’Oxfam France
  • « Seul le principe d’un nouvel objectif sur les financements climat a été acté, mais dans une formulation bien trop vague pour garantir qu’ils seront à la hauteur des besoins. Dans le même temps, cet accord, en ne donnant aucune garantie sur la nécessaire réduction des émissions à court terme, acte aussi l’augmentation du coût de l’adaptation pour les générations futures. La mobilisation des financements va de fait grandement dependre de la bonne volonté des donateurs dans les années à venir alors que les besoins financiers des pays en développement pour se protéger du changement climatique pourraient augmenter de plus de 50% sur la base de l’accord de Paris.» – Romain Benicchio, porte-parole d’Oxfam France
  • « La lutte contre le changement climatique ne doit pas rester au stade du petit arrangement entre amis. Trop de gouvernements sont venus à Paris pour préserver leurs propres intérêts plutôt que celui de leur peuple. Notre rôle, ainsi que celui des millions de personnes qui ont marché pour la justice climatique dans des dizaines de villes à travers le monde, sera de forcer les gouvernements et les entreprises à répondre de leurs actes afin d’éviter un réchauffement climatique dramatique et de soutenir les populations les plus pauvres et les plus vulnérables » – Romain Benicchio, porte-parole d’Oxfam France
  • “La mention d’un objectif en dessous de 2°C – et si possible d’1,5°C – est une grande avancée. Mais cela ne doit pas rester un objectif creux. Il est urgent de revoir dès maintenant l’ambition des contributions nationales (INDC). L’accord prévoit un mécanisme de revue à la hausse des INDCà partir de 2020. Mais cela ne suffira pas.  Les Etats doivent agir maintenant ! C’est avant tout par leurs actions que nous jugerons la portée de l’engagement des Etats” – Aurélie Ceinos, responsable climat de CARE France  
  • “Nous sommes face à une urgence climatique. La lutte contre le changement climatique n’est pas un marathon, c’est une course contre la montre dont dépend la survie de toutes les populations” – Philippe Lévêque, directeur de CARE France
  • “La proposition de texte reconnait clairement les effets du changement climatique sur les droits humains et qu’il est de la responsabilité des Etats de le prendre en compte dans leurs actions. Cependant, il manque un engagement clair à défendre les droits humains, dont l’égalité de genre, les droits des peuples indigènes, la sécurité alimentaire, dans toute action contre le changement climatique” – Fanny Petitbon, responsable plaidoyer de CARE France
  • “S’il est finalisé, cet accord constituera un tournant historique. Il sera le fondement du virage vers 100% d’énergies propres que le monde souhaite et dont la planète a besoin. En battant le pavé, en interpellant leurs dirigeants et en signant des pétitions, les citoyens du monde entier ont rendu ce tournant possible. À partir d’aujourd’hui, ces mêmes citoyens seront garants de l’application de cet accord pour préserver l’avenir de l’humanité.” – Emma Ruby-Sachs, Directrice générale d’Avaaz suppléante
  • “ L’accord historique conclu à Paris ouvre la voie vers les énergies propres que le monde attend et dont la planète a besoin. Il y dix-huit mois de cela, on nous avait assuré que cette transition hors des énergies fossiles était tout à fait impossible, mais les marches massives et l’appel des citoyens du monde entier pour des actes véritables contre le changement climatique ont généré un élan inarrêtable. »Emma Ruby-Sachs, Directrice générale d’Avaaz suppléante
  • « Si certains signaux positifs sont bien là, tout reste à faire, notamment dès 2016 à la COP22 au Maroc. Par ailleurs, nous avons toujours considéré la COP et le cadre onusien comme un outil et une étape dans le cadre d’un processus plus long et plus large. A nous aujourd’hui d’incarner et d’accélérer la transition écologique et énergétique aux cotés des collectivités, des syndicats, des entreprises et des citoyens. La solution passera par nous ». – Denez L’Hostis président de FNE
  • « On connait le plus court chemin pour aller vers 1,5 degré de réchauffement, il passe par la conversion aux énergies renouvelables.  Si Paris dit nous amener au point d’arrivée, l’accord  nous détourne du plus droit chemin. D’autres acteurs restent cependant sur la bonne route.  »Jean François Julliard, directeur de Greenpeace France
  • “ Le texte laisse la porte ouverte aux fausses solutions telles que la captation de carbone, la géoingénierie, ou encore la compensation carbone… Nous n’avons plus ni le temps, ni l’argent à investir dans des chimères alors que nous savons que les réelles solutions, telles que l’efficacité énergétique et les renouvelables existent et sont prêtes à être déployées. »Jean François Julliard, directeur de Greenpeace France
  • « Nous savions qu’il ne fallait pas compter que sur la COP21, et l’espoir que les discours des chefs d’état ont pu susciter à l’ouverture  ont vite été déçus. Mais nous savons que hors de la bulle des conférences onusiennes, un véritable mouvement pour les énergies renouvelables grandit tous les jours dans les villes, les entreprises, les  pays entiers. Et que c’est aux chefs d’états, chacun dans leurs pays, de se donner les moyens de faire cette transition. » – Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France
  • « Un accord multilatéral, certes indispensable, ne peut suffire. Il reste beaucoup à faire pour accélérer la transition et la société civile sera plus que jamais mobilisée pour dénoncer les responsables et déployer les (vraies !) solutions. Les initiatives locales et citoyennes se multiplient pour réduire les gaspillages, diminuer la pollution de l’air, favoriser des mobilités alternatives, développer les énergies renouvelables et l’agro-écologie. Les citoyens et les collectivités montreront la voie aux Etats » – Anne Bringault, directrice du Réseau Action Climat
  • « En intégrant un objectif de limitation à long terme de  2°C de hausse de la température moyenne mondiale – avec une référence à la limite de 1,5°C – les gouvernements envoient un signal fort indiquant que les gouvernements sont engagés à s’aligner sur la science. L’accord contient bien les éléments pour créer l’opportunité de rendre les actions gouvernementales de plus en plus fortes au fil du temps en termes d’atténuation, d’adaptation et de finance. C’est un point important mais nous sommes très inquiets devant le fait qu’il n’y a aucune garantie de soutien pour ceux qui seront les plus touchés par les impacts du changement climatique, particulièrement les populations les plus vulnérables. » – Isabelle Autissier, Présidente du WWF France
  • “Nous vivons aujourd’hui un moment historique. Nous assistons à l’amorce d’une transition générale vers les énergies renouvelables, au moment même où nous sommes les témoins des impacts irréversibles du changement climatique. Les négociations mais également les engagements de différents acteurs ont envoyé un signal fort : l’ère des énergies fossiles arrive à sa fin. Alors que les impacts climatiques sont de plus en plus conséquents dans le monde entier, nous devons nous saisir de cet élan et nous diriger vers une nouvelle ère d’actions coopératives entre pays, en associant chacun des acteurs de la société.”– Samantha Smith, Directrice du programme global Climat et Energie du WWF
  • “Les négociations de Paris sur le climat ont fait bien plus qu’aboutir à un accord. Elles ont permis de galvaniser l’ensemble de la communauté internationale vers une action collective d’une toute autre dimension pour contrer le problème climatique. Alors que les discussions sur un accord battaient leur plein, plus de   1 000 collectivités s’engageaient à atteindre les 100 % d’énergies renouvelables, l’ambitieux plan de développement des énergies renouvelables d’ici 2020 en Afrique voyait le jour, et l’Inde annonçait l’Alliance Solaire Internationale intégrant plus de 100 pays pour développer l’accès à l’énergie et faire face au changement climatique. C’est exactement ce genre d’actions collectives dont nous avons besoin pour rapidement prolonger l’accord de Paris.” – Yolanda Kakabadse, Présidente du WWF International

Religieux

  • « Paris vient d’adopter l’Accord universel de Paris ainsi qu’un paquet courageux de soutien. Des centaines de villes, régions, entreprises et Eglises ont prouvé leur engagement déterminé à sortir des énergies fossiles d’ici le milieu de ce siècle. C’est une étape clé dans l’histoire humaine de la lutte contre le changement climatique qui nous donne de l’espoir pour un futur écologique, résilient et plus équitable » – Thabo Makgabo, ambassadeur global et archevêque d’Afrique du Sud
  • « Nous appelons à présent les gouvernements nationaux à combler les lacunes qui ont fait leur entrée dans l’accord du fait de certains pays ne voulant pas prendre leur responsabilité », dit Mattias Söderberg, qui mène la délégation d’ACT Alliance. Mattias Söderberg poursuit : « Une action climat plus importante et plus rapide est nécessaire pour s’attaquer de façon adéquate aux enjeux qui concernent les populations pauvres et vulnérables. La mise en œuvre de l’accord de Paris doit être accélérée par l’action nationale et une coopération internationale approfondie. » – Thabo Makgabo, ambassadeur global et archevêque d’Afrique du Sud
  • « Nous faisons partie de la création et bien qu’elle nous inspire de la reconnaissance, nous devons aussi reconnaître notre responsabilité de prendre soin de la Terre. Cette responsabilité nous a été donnée par Dieu, c’est pourquoi nous, en tant que groupes de foi partout dans le monde, devons montrer la voie. » – Mattias Söderberg, délégation ACT Alliance

Syndicats

  • “L’accord de Paris reconnaît la réalité et l’ampleur de la menace que représente le changement climatique mais nous emmène qu’à mi-chemin. Le changement climatique détruit déjà de nombreuses vies et 2.6 millions de personnes ont déjà été déplacées par les phénomènes climatiques extrêmes. Mais l’accord de Paris a commencé une course contre la montre pour stabiliser le climat. C’est une première étape sur laquelle nous devons construire. Le mouvement syndical est plus résolu que jamais pour aller de l’avant. La transition juste doit faire partie du dialogue social avec les gouvernements et les employeurs. » – Sharan Burrow, Secrétaire Générale de la CES
  • “Suite à l’accord de Paris, les syndicats vont continuer de se mobiliser pour faire progresser la transition juste sur le lieu de travail, à la table des négociations entre les syndicats et les employeurs et à tous les niveaux, du niveau local au niveau global. Nous allons travailler concrètement à la mise en œuvre de cette transformation. Le droit à un climat sain fait partie des droits fondamentaux de l’humanité”. – Philip Jennings, Secrétaire Général d’UNI Global Union
  • “Nous entrons maintenant dans une nouvelle phase. Les regards se tournent vers la transformation de la société et la transition juste. Nous veillerons à ce que personne ne soit laissé de côté grâce à la création de nouveaux emplois pour tous. Chaque pays doit mettre en place des plans de réduction drastique des émissions et aussi veiller à la protection des plus vulnérables” – Philip Jennings, Secrétaire Général d’UNI Global Union

Economie, entreprises et investisseurs

  • “C’est un moment historique. Les gouvernements du monde entier ont enfin compris ce que la science leur dit depuis longtemps : nous devons agir maintenant pour garantir la sécurité du climat. Aujourd’hui ils se sont engagés à agir – et à agir ensemble. L’Histoire retiendra ce jour comme un virage crucial : le moment où le monde a décidé de tourner le dos aux énergies fossiles pour embrasser les énergies propres et sures. Cet accord marque la fin de l’ère des énergies fossiles. C’est sans aucun doute un très grand succès. Mais le travail ne fit que commencer. Ces engagements doivent maintenant se traduire dans des politiques publiques qui pourront déclencher les investissements nécessaires. Les gouvernement ont 24 heures pour se féliciter – ensuite il leur faudra agir.” – Michael Jacobs, Senior Adviser pour the New Climate Economy project, ancien conseiller du PM britannique Gordon Brown
  • “C’est un accord décisif, qui va bien bien plus loin que le plus petit dénominateur commun » – Thomas Spencer, Directeur du programme climat, Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri)
  • « Cet accord pourrait marquer un vrai tournant dans les efforts globaux contre le changement climatique. Le texte reflète à la fois une forte ambition et les voix des plus vulnérables. Il accélère la transition énergétique, qui est déjà en bonne voie. » – Jennifer Morgan, du World Resources Institute
  • “L’accord de Paris n’est rien de moins qu’une étape historique pour le monde de l’énergie. Il va accélérer la transformation du secteur (…). Mener une action encore plus forte pour réduire les émissions tout en encourageant la croissance économique et en étendant l’accès à l’énergie nécessitera un engagement et des efforts encore plus importants de la part de tous.” – Agence internationale de l’énergie
  • “J’applaudis fortement cet engagement historique et la robustesse de l’accord (…). Mais c’est seulement le début du chemin. L’accord est un cadre pour agir et les gouvernements doivent maintenant agir. (…) Cet objectif nécessite l’engagement total de toutes les grandes économies.”  – Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE
  • “L’accord de Paris est un pas important (…) mais nous espérons que d’autres pays augmenteront leur ambition pour se rapprocher de celle de l’Union européenne. (…) Nous évaluerons l’impact de l’accord d’aujourd’hui sur la compétitivité de l’industrie européenne.” – Emma Marcegaglia, Présidente de Business Europe
  • “L’accord constitue un signal en faveur de la poursuite des investissements dans les solutions et technologies bas carbone. (…) Le Medef rappelle sa conviction que la lutte efficace contre le changement climatique passera par un prix du carbone afin d’orienter les décisions d’investissement des entreprises, de démultiplier l’innovation et de diffuser le recours aux solutions bas carbone.”– MEDEF
  • “L’accord aura des effets d’une portée considérable, et transformera nos économies de manière inédite. Le monde économique se tient prêt à travailler en partenariat avec les gouvernements et la société civile pour garantir sa mise en oeuvre effective. Nous avons désormais la capacité de débloquer des milliards de dollars pour muter vers un futur prospère et propre.” – Richard Branson, The B Team
  • “Cet accord donne au monde économique les éléments essentiels que nous souhaitions pour favoriser une économie propre et prospère: la certitude que les politiques soutiendront le chemin de long terme vers la décarbonisation, l’ambition nécessaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et mobiliser la finance, la confiance dans le fait que les gouvernements augmenteront progressivement leurs réductions d’émissions, et un terrain de jeu identique dans les principales économies.” – Edward Cameron, We Mean Business

Villes

  • “Les réseaux mondiaux de gouvernements locaux et subnationaux accueillent très favorablement l’accord de Paris, notamment parce qu’au-delà des objectifs ambitieux présents dans cet accord, nous nous félicitons de la présence de chapitres très opérationnels pour renforcer l’action sans tarder, par exemple pour la période 2015-2020, avec des dispositifs d’expertise et d’échange auxquels nous collaborerons activement.” – Ronan Dantec, porte-parole climat de CGLU, au nom des LGMA (Gouvernements locaux et autorités municipales)

Alertes sur le même sujet

Autres tweets :