Les représentants de l’Islam appellent à leur tour à la fin des énergies fossiles

Introduction

Les représentants musulmans de 20 pays, réunis à Istambul pour le premier symposium du monde musulman sur le climat ont rendu publique aujourd’hui une déclaration en appelant aux 1,6 milliard de musulmans du monde entier à faire du changement climatique un sujet prioritaire.  Dans son encyclique de juin, le Pape François avait déclaré le changement climatique essentiel dans la religion catholique. Cette déclaration du monde musulman adresse un message clair aux mosquées et aux écoles religieuses du monde entier pour leur rappeler leur devoir religieux et moral envers le climat. En appelant tous les peuples, les dirigeants et les entreprises à jouer un rôle, ses signataires demandent aux gouvernements participant aux négociations sur le climat à Paris en décembre de parvenir à un nouvel accord sonnant la fin des énergies fossiles, permettant à la planète de rester en deçà d’une hausse de la température moyenne de 2°C – et de préférence des 1,5°C demandés par les nations les plus vulnérables – et offrant un soutien accru aux communautés déjà les plus affectées par le changement climatique. En publiant une telle déclaration, les leaders musulmans rejoignent un cortège de dirigeants de tous horizons réclamant d’agir en faveur du climat et d’en finir avec les énergies fossiles pour basculer vers un avenir alimenté aux seules énergies renouvelables.

Tweet

 

A faire

Points clés

  • La déclaration de l’Islam sur le changement climatique souligne le devoir religieux des musulmans de faire de ce monde un meilleur endroit. Capitalisant sur une longue histoire d’enseignements religieux, la déclaration appelle les 1,6 milliard de musulmans du monde et tous les hommes de foi à jouer leur rôle dans la protection des ressources rares, à créer un avenir libéré de la menace du changement climatique et à alléger la souffrance des populations les plus vulnérables.. Elle met en évidence le rôle que la religion musulmane peut  jouer en conduisant des sociétés loin des énergies fossiles et vers un avenir à 100% renouvelable, et appelle les lettrés musulmans à partager cet enseignement au sein de leurs communautés locales et à les inclure dans leurs pratiques quotidiennes.
  • La déclaration ajoute du poids à l’appel général pour une transition vers une énergie 100% renouvelable.  S’appuyant sur une longue histoire d’enseignement religieux mettant en lumière les conséquences du changement climatique pour les hommes et pour la planète, la déclaration appelle les gouvernements participant à la Cop21 à Paris en décembre à prendre des engagements pour prévenir de futures atteintes à l’environnement. Ses signataires rejoignent un choeur de leaders de tous les pans de la société exigeant des actions en faveur du climat et appelant à la fin des énergies fossiles et à l’avènement d’un avenir reposant exclusivement sur les énergies renouvelables.

Contexte

Extraits de la déclaration (en anglais)

3.1 We call upon the Conference of the Parties (COP) to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) and the Meeting of the Parties (MOP) to the Kyoto Protocol taking place in Paris this December, 2015 to bring their discussions to an equitable and binding conclusion, bearing in mind –

  • The scientific consensus on climate change, which is to stabilize greenhouse gas concentration in the atmosphere at a level that would prevent dangerous anthropogenic interference with the climate systems;
  • The need to set clear targets and monitoring systems;
  • The dire consequences to planet earth if we do not do so;
  • The enormous responsibility the COP shoulders on behalf of the rest of humanity, including leading the rest of us to a new way of relating to God’s Earth.

3.2 We particularly call on the well-off nations and oil-producing states to –

  • Lead the way in phasing out their greenhouse gas emissions as early as possible and no later than the middle of the century;
  • Provide generous financial and technical support to the less well-off to achieve a phase-out of greenhouse gases as early as possible;
  • Recognize the moral obligation to reduce consumption so that the poor may benefit from what is left of the earth’s non-renewable resources;
  • Stay within the ‘2 degree’ limit, or, preferably, within the ‘1.5 degree’ limit, bearing in mind that two-thirds of the earth’s proven fossil fuel reserves remain in the ground;
  • Re-focus their concerns from unethical profit from the environment, to that of preserving it and elevating the condition of the world’s poor.
  • Invest in the creation of a green economy.

3.3 We call on the people of all nations and their leaders to –

  • Aim to phase out greenhouse gas emissions as soon as possible in order to stabilize greenhouse gas concentrations in the atmosphere;
  • Commit themselves to 100 % renewable energy and/or a zero emissions strategy as early as possible, to mitigate the environmental impact of their activities;
  • Invest in decentralized renewable energy, which is the best way to reduce poverty and achieve sustainable development;
  • Realize that to chase after unlimited economic growth in a planet that is finite and already overloaded is not viable. Growth must be pursued wisely and in moderation; placing a priority on increasing the resilience of all, and especially the most vulnerable, to the climate change impacts already underway and expected to continue for many years to come.
  • Set in motion a fresh model of wellbeing, based on an alternative to the current financial model which depletes resources, degrades the environment, and deepens inequality.
  • Prioritise adaptation efforts with appropriate support to the vulnerable countries with the least capacity to adapt. And to vulnerable groups, including indigenous peoples, women and children.

3.4 We call upon corporations, finance, and the business sector to –

  • Shoulder the consequences of their profit-making activities, and take a visibly more active role in reducing their carbon footprint and other forms of impact upon the natural environment;
  • In order to mitigate the environmental impact of their activities, commit themselves to 100 % renewable energy and/or a zero emissions strategy as early as possible and shift investments into renewable energy;
  • Change from the current business model which is based on an unsustainable escalating economy, and to adopt a circular economy that is wholly sustainable;
  • Pay more heed to social and ecological responsibilities, particularly to the extent that they extract and utilize scarce resources;
  • Assist in the divestment from the fossil fuel driven economy and the scaling up of renewable energy and other ecological alternatives.

3.5 We call on all groups to join us in collaboration, co-operation and friendly competition in this endeavour and we welcome the significant contributions taken by other faiths, as we can all be winners in this race

وَلَكِن لِّيَبْلُوَكُمْ فِي مَا آتَاكُم فَاسْتَبِقُوا الْخَيْرَاتِ

He (God) wanted to test you regarding what has

come to you. So compete with each other

in doing good deeds.

Qur’an 5: 48

If we each offer the best of our respective traditions, we may yet see a way through our difficulties.

3.6 Finally, we call on all Muslims wherever they may be  –

  • Heads of state
  • Political leaders
  • Business community
  • UNFCCC delegates
  • Religious leaders and scholars
  • Mosque congregations
  • Islamic endowments (awqaf)
  • Educators and educational institutions
  • Community leaders
  • Civil society activists
  • Non-governmental organisations
  • Communications and media

to tackle habits, mindsets, and the root causes of climate change, environmental degradation and the loss of biodiversity in their particular spheres of influence, following the example of the Prophet Muhammad (peace and blessings be upon him),and bring about a resolution to the challenges that now face us.

Documentation

Actualité

Media

Rapports et liens utiles

Citations

  • « Je suis fier d’être associé à la déclaration de l’Islam sur le changement climatique publiée à Istambul aujourd’hui. En tant que musulman, j’essaie de suivre les enseignement moraux de l’Islam consistant à protéger l’environnement et à aider les victimes du changement climatique. J’en appelle aux Musulmans du monde entier pour qu’ils jouent leur rôle dans la lutte contre le problème global du réchauffement climatique. » – Dr Saleemul Huq, Directeur de l’Institut des études environnementales
  • « C’est avec une grande joie et en toute solidarité que je vous adresse la promesse de l’Eglise catholique de prier pour la réussite de votre initiative, et son souhait de travail ensemble à l’avenir pour prendre soin de notre maison commune et ainsi rendre gloire au Dieu qui nous a créés. » Son Eminence le Cardinal Peter Turkson, Président du Conseil Pontifical pour la justice et la paix au Vatican
  • « Un avenir soutenable et alimenté aux énergies propres pour chacun repose in fine sur une transition fondamentale dans la compréhension de la valeur accordée à l’environnement et à l’autre. Les enseignements de l’Islam, qui soulignent le devoir des humains de servir la Terre et le rôle des enseignants pour corriger nos comportements, fournissent un guide pour entreprendre les bonnes actions sur le changement climatique. »Christiana Figueres, secrétaire générale de la CCNUCC
  • « La société civile se réjouit de cette déclaration puissante issue de la communauté musulmane, qui pourrait changer la donne en mettant au défi tous les leaders politiques, notamment les dirigeants de pays producteurs de pétrole, de mettre un terme à  leurs émissions  de CO2 et en affichant la transition vers une énergie 100% renouvelable comme indispensable pour combattre le changement climatique, réduire la pauvreté et permettre un développement durable dans le monde entier. » – Wael Hmaidan, Directeur International du réseau Climate Action Network

Alertes sur le même sujet

Plus de tweets