Les villes et territoires entendent peser dans les négociations sur le climat

Introduction

Un millier d’élus locaux, ONG, entreprises et syndicats réunis à Lyon ces deux derniers jours, s’organisent pour peser dans les négociations qui se tiendront en fin d’année. Mardi, Anne Hidalgo et Mickael Bloomberg avaient annoncé le Sommet des élus locaux pour le climat qui devrait rassembler 1000 maires à Paris pendant la COP 21. Les villes concentrent 70% de la population mondiale, représentent une part importante des émissions de gaz à effet de serre et sont particulièrement vulnérables au changement climatique. Mais les collectivités territoriales disposent de multiples leviers pour abaisser leurs émissions. Elles sont de plus en plus nombreuses à s’engager sur ces enjeux autour d’objectifs ambitieux, dont la réalisation pourrait permettre d’éviter une part importante de l’effort global à fournir d’ici 2020 pour limiter à 2°C la hausse des températures. La « convention des maires » lancée en septembre 2014 à l’ONU en a déjà rallié 80, et une trentaine de métropoles euopéennes ont signé l’accord prévoyant la mutualisation d’achats verts, lancé à l’initiative de la maire de Paris. Une trentaine de réseaux de collectivités du monde entier et une vingtaine de représentants de la société civile de tous les continents, représentant les deux-tiers des émissions de la planète, ont cosigné une déclaration commune à l’issue du sommet mondial “Climat et territoires” de Lyon. Celle-ci rappelle le caractère indisssociable des accords mondiaux sur le développement et le climat, défend une approche territoriale de l’action climatique, insiste sur l’enjeu du financement des actions territoriales et sur les co-bénéfices sociaux et environnementaux d’une économie décarbonée. Villes et territoires veulent être associés aux négociations de l’ONU sur le climat, où ils n’ont aujourd’hui qu’un rôle d’observateur, et accéder plus directement aux financements nécessaires à leur adaptation au changement climatique. Ils demandent pour les collectivités territoriales des pays en développement un accès facilité des aux fonds internationaux, comme le Fonds vert. Ces initiatives s’incrivent dans un mouvement mené par l’ensemble des acteurs non étatiques, dont les actions constituent l’Agenda des Solutions, regroupées sur une plateforme dédiée.

Tweet

RT @publicsenat@LaurentFabius « Vos territoires sont les laboratoires actifs de l’expérience verte » #WSCT #COP21

Points clés

  • Les élus locaux s’organisent pour pouvoir peser dans les négociations et accéder plus directement aux financements climat. Un millier d’élus locaux, ONG, entreprises et syndicats étaient réunis à Lyon ces deux derniers jours, et 1000 maires sont attendus à Paris pendant la COP 21 pour un Sommet des élus locaux pour le climat annoncé cette semaine par Anne Hidalgo et Mickael Bloomberg. Le sommet mondial “Climat et territoires” de Lyon s’est conclu sur une déclaration commune qui défend une approche territoriale de l’action climatique et insiste sur l’enjeu du financement des actions territoriales. Villes et territoires réclament d’être associés aux négociations de l’ONU sur le climat, où ils n’ont aujourd’hui qu’un rôle d’observateurs, et de pouvoir accéder plus directement aux financements nécessaires à leur adaptation au changement climatique.
  • Ces initiatives s’ajoutent à celles d’autres acteurs non étatiques qui souhaitent être associés plus étroitement à la lutte contre le changement climatique. L’initiative des villes et territoires fait suite à celle du secteur économique et financier, rassemblé à Paris lors du Climate & Business Summit. L’ensemble des initiatives des acteurs non étatiques constituent l’Agenda des solutions et sont regroupées sur une plateforme dédiée.

Documentation

Actualité

Rapports et liens utiles

Videos :

Citations

  • “À Paris, une journée sera dédiée uniquement aux territoires. Ils ne feront pas que prendre la parole, mais participeront aux négociations” – François Hollande, président de la République française
  • « Il faut qu’une partie de ces fonds (financements climat internationaux) puisse être directement accessible aux gouvernements locaux, aux territoires. C’est l’enjeu majeur » – François Hollande, président de la République française
  • “ Ce 1,5 milliard de tonnes d’ores déjà mis sur la table par les territoires, c’est 15 % des 9 milliards de tonnes de CO2 qui, selon la communauté scientifique, doivent être éliminées d’ici 2020. Or ces décisions prises par les collectivités couvrent plus de 11 % de la population mondiale. Si l’ensemble des territoires de la planète se mobilisent alors nous tiendrons le scénario de stabilisation du climat en dessus de 2 °C” – Ronan Dantec, sénateur Europe Ecologie -Les Verts (EELV) et porte-parole de « Cités et gouvernements locaux unis (CGLU)
  • “Les provinces du Canada, à elles toutes, sont décidées à aller plus loin que l’Etat fédéral. Elles le poussent même à s’engager davantage”  – Ronan Dantec, sénateur Europe Ecologie -Les Verts (EELV) et porte-parole de « Cités et gouvernements locaux unis (CGLU)
  • « Votre engagement est particulièrement important car nous ne sommes pas encore engagés sur la voie d’un infléchissement de la courbe des émissions de gaz à effet de serre et d’une limitation de la hausse des températures à moins de 2° »– Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Onu, dans un message lu par son spécialiste climat, Janos Pasztor
  • “Les villes sont beaucoup plus exposées qu’avant aux risques climatiques : les effets du réchauffement commencent à se faire sentir, décuplés par les problèmes de planification urbaine et d’artificialisation des sols. Comment aménager une ville pour qu’elle soit plus résiliente et moins consommatrice d’énergie? Cela passe par des investissements dans les transports doux ou l’efficacité énergétique des bâtiments, autant de mesures souvent de la compétence des collectivités” – Clément Larrue, chef de projet à l’Agence française de développement (AFD)
  • “Les négociations climatiques actuellement sont dans le sur-place, il faudra déclencher le sprint dans les 200 derniers mètres; et nous on est là pour pousser.”  – Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, hôte du sommet
  • «La conférence de Paris pourrait être un événement historique qui déterminera l’avenir de notre monde. Mais pour qu’elle ait un réel impact, les nations devront se fixer des objectifs plus ambitieux pour réduire les gaz à effet de serre, et les villes et régions peuvent y contribuer en agissant sur de nombreux rouages, comme les transports, le bâtiment, les déchets… Aujourd’hui, partout dans le monde, des villes agissent, parce que leurs citoyens l’exigent, que ce soit en Chine, en France, aux États-Unis…» – M. Bloomberg, envoyé spécial de l’ONU pour les villes et le changement climatique
  • “Ce qu’apportent les maires, c’est ce pouvoir réel. La plupart des États l’ont compris (…) L’initiative des maires à Paris va leur être utile, elle va être utile aussi dans une pression diplomatique importante à l’échelle des Nations unies” – Anne Hidalgo, maire de Paris

Plus de Tweets

  • MT@jjqueyranne Nous ne pourrons atteindre nos objectifs sans un accès facilité à des financements nationaux ou européens #WSCT
  • RT @RonanDantec Si tous les territoires rejoignent ceux qui se sont engagés, nous tiendrons la trajectoire 2 degrés #WSCT
  • RT@RonanDantec : « 1,5 milliard de tonnes de réduction de CO2 engagés dans les actions annoncées aujourd’hui » #WSCT #CaCestFait
  • RT @CFigueres Collectivement, vous transformez le monde. Chaque action contribue à sa transformation. #LPAA #WSCT
  • RT @fhollande « Lutter contre le réchauffement climatique,c’est lutter contre les inégalités à l’échelle du monde » #WSCT