A Paris, les scientifiques réaffirment la pertinence et l’urgence de l’action climatique

Introduction

Des scientifiques du monde entier étaient réunis à Paris cette semaine pour la seule grande conférence scientifique de l’année dédiée au changement climatique. Les 2000 participants originaires de près de 100 pays ont rappelé les conclusions du dernier rapport du GIEC et l’urgence de l’action climatique. Certains ont même évoqué une montée du niveau des mers de 6 mètres, y compris avec une hausse des températures limitée à 2°C. Soulignant la rapidité des changements liés au climat, ils ont insisté sur la nécessité de prendre en compte la santé dans les négociations sur le climat, notamment celles de décembre à Paris, et ont rappelé la compatibilité entre la lutte contre le changement climatique et la lutte contre la pauvreté, la prospérité économique, et l’amélioration de la santé publique. Ils ont aussi salué l’existence de solutions technologiques permettant d’atteindre ces résultats, tout en insistant sur la nécessité que tous les acteurs, gouvernements, secteur privé, société civile, et, bien sûr, scientifiques, fassent preuve d’ambition, d’engagement et de leadership.

Tweet

@LaurenceTubiana@JosephEStiglitz addresses the audience  #CFCC15 « we can strenghten economy AND tackle climate change »

A faire

  • Hashtag  : #CFCC

Points clés

  • Les effets du changement climatique se produisent plus rapidement encore que prévu. Pour limiter le réchauffement planétaire à 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, les scientifiques réunis cette semaine à Paris ont rappelé que les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 40 à 70 % en-dessous des niveaux actuels d’ici 2050. Les principaux domaines propices à l’innovation évoqués lors des conférences comprennent les technologies, les chaînes d’approvisionnement, les modèles organisationnels et les instruments politiques. L’agriculture, les transports et l’aménagement urbain sont trois secteurs qui présentent les potentiels les plus importants.
  • L’objectif ambitieux de limiter l’augmentation des températures en deçà des 2°C est réalisable sur le plan économique. Il ne requiert qu’un surcoût limité en regard des milliards de milliards de dollars d’investissements dans l’énergie et les infrastructures, nécessaires y compris dans un scenario « business as usual ». Bien fléchés, ces investissements peuvent contribuer de façon significative à une croissance économique inclusive et durable.

 

Documentation

Actualité

Rapports et liens utiles

Photos:

Videos :

Citations

  • « Nous entrons dans une ère post-carbone, où l’atténuation des changements climatiques et l’adaptation à leurs effets sont associés à d’autres objectifs pour construire un avenir durable ». – Chris Field, Président du Comité scientifique de la CFCC15 et directeur du Département d’écologie globale de l’Institut Carnegie (USA).
  • « Cette conférence a montré que l’innovation sociale et technologique provenant des citoyens, des communautés, des entreprises et des nations, pouvait déboucher sur des options d’atténuation et d’adaptation évolutives, équitables et efficiente. » – Karen O’Brien, membre du comité scientifique et professeur à l’Université d’Oslo.
  • « La conférence a démontré l’engagement de la communauté des chercheurs sur le climat à contribuer à une vision à long terme pour un avenir durable. La science du climat est entrée dans une nouvelle phase et l’agenda de la science est en train de basculer – elle ne vise plus exclusivement à nous alerter sur les risques, mais contribue de plus en plus à trouver des solutions. » – Hervé Le Treut,  président du comité d’organisation et directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace.
  • « La conjoncture est très favorable. Cette conférence a envoyé un signal très positif quant à la capacité des sociétés à faire la transition vers un développement à faibles émissions de carbone, ou même zéro carbone, qui soit équitable et durable. Les politiques dont nous avons besoin doivent soutenir les aspirations de tous les groupes, tout en répondant au défi du changement climatique. » – Youba Sokona, membre du comité scientifique et Conseiller spécial au South Center (Suisse)
  • « Je suis impressionnée par la variété des travaux scientifiques et interdisciplinaires que j’ai pu observer ces 4 derniers jours. Les scientifiques travaillent avec de nombreux partenaires au développement de stratégies à long terme, à l’échelle des villes, des filières économiques comme l’agriculture, et des économies nationales, en s’attachant particulièrement à rendre les solutions opérationnelles. Nous avons besoin que la COP21 soit la réponse politique à ce travail et qu’elle montre que la transition vers une économie décarbonée et résiliente au changement climatique est non seulement nécessaire, mais qu’elle est aussi réalisable (politiquement, économiquement et technologiquement), et même pour aller plus loin, qu’elle est inévitable et déjà en cours. » – Laurence Tubiana, ambassadrice française pour les négociations de l’ONU sur le changement climatique

Alertes sur le même sujet

Plus de Tweets

  • RT @Reporterre  « Supprimer les subventions aux énergies fossiles permettrait l’accès universel à l’eau potable et aux infrastructures »
  • RT @Reporterre #Stiglitz « l’atmosphère est un bien public global dont tt le monde veut profiter ms dont personne ne veut partager le coût »
  • RT @nobr_« La conscience écologique est une nouvelle étape dans la nature humaine » @najatvb #CFCC15
  • RT @Inra_France Représentante UNESCO : « Le dérèglement climatique est plus qu’un défi climatique. C’est un défi humain, social et éthique. »