Le pape appelle à l’abandon des énergies fossiles pour combattre le changement climatique et la pauvreté

Introduction

Le pape François a publié hier une encyclique très attendue sur l’environnement, intitulée “ Laudato Si “ (Loué sois-tu). C’est une lettre ouverte destinée à sensibiliser à la responsabilité universelle de l’humanité qui doit prendre soin de notre maison commune et s’attaquer aux racines des défis les plus importants et les imbriqués que nous affrontons aujourd’hui : le changement climatique et la pauvreté. L’encyclique fait suite à de précédentes déclarations du pape sur l’impératif éthique clair, définitif et inéluctable d’agir pour protéger l’environnement. Elle a été largement plébiscitée par les politiques de tous bords et des représentants de tous horizons. Ce faisant, le pape François rejoint les scientifiques, les dirigeants d’entreprises, les économistes, les investisseurs, les médecins, les syndicats, les jeunes et d’autres leaders moraux et spirituels du monde entier qui appellent à s’éloigner des énergies fossiles pour aller vers un avenir reposant sur des énergies renouvelables propres. A leurs yeux, l’aspect moral est aussi puissant et inattaquable que le consensus qui réunit 97% des scientifiques. L’encyclique reconnaît la robustesse du fondement scientifique et devrait influencer les politiques, mais ce n’est ni un document scientifique, ni un document politique. C’est un appel moral profond à rejeter le capitalisme à tout prix et à préférer l’amour et le soin de notre environnement, adressé à l’humanité entière. Sentant qu’ils mènent un combat perdu d’avance, ceux dont les motivations politiques ou idéologiques ou les intérêts sont opposés au message du pape ont déjà riposté en arguant que les énergies fossiles sont indispensables à l’éradication de la pauvreté. Mais les experts ont salué ce document avant même sa publication, comme un moteur de la dynamique sans précédent observée sur le sujet du changement climatique. Dans une période où les investisseurs sont de plus en plus nombreux à abandonner les énergies fossiles et où la transition vers les énergies propres se produit plus rapidement que l’on pouvait l’imaginer, l’intervention du pape est un signal supplémentaire indiquant que l’humanité reconnaît les défis auxquels elle est confrontée et comprend qu’elle doit agir. Tout cela présage bien des négociations vers un nouvel accord climatique, que les gouvernements doivent délivrer à Paris en décembre.

Tweet

MT @Pontifex I invite all to pause & think about the challenges we face regarding care for our common home #LaudatoSi http://bit.ly/1Gi1BTu

RT@UNBan Ki-moon thanks @Pontifex for taking such a strong stand on the need for urgent global action. http://j.mp/1L37mLk  #Action2015

https://twitter.com/UN/status/611746494169788416

Points clés

  • L’Encyclique du Pape François insuffle une obligation morale à agir pour le changement climatique. C’est un document qui, en solidarité avec l’écrasant consensus scientifique, reconnaît et amplifie ce que nous savons tous : les énergies fossiles et l’exploitation sans limite de la nature endommagent durablement notre maison commune. Agir contre le changement climatique et fournir aux pays pauvres les moyens de se développer de façon durable est juste, à la fois sur le plan moral et économique.

  • L’Encyclique du Pape en appelle à une réponse morale urgente face à une réalité scientifique établie de façon incontestable. Il n’y est pas débattu des causes du changement climatique lui-même. Le Pape exerce sa fonction de leader spirituel en appelant à la protection des personnes vulnérables et à une bonne gestion de « notre maison commune », la Terre. Il qualifie de « péchés » les actions portant atteinte à l’intégrité de la planète, dynamise la cause environnementale en lui insufflant un support moral fort et condamne l’indifférence, le déni et l’obscurantisme.

  • Sa Sainteté en appelle à nous tous, pas seulement aux Catholiques, pour que nous prenions soin des hommes et de la planète. L’encyclique sur l’écologie puise dans la tradition de l’Eglise qui consiste à sensibiliser à ces sujets pour exposer l’impératif moral de s’attaquer aux racines des défis les plus importants et les plus imbriqués de notre temps : le  changement climatique et la pauvreté. Le pape joint sa voix à un chœur global de leaders de tous horizons qui exigent des actes, en appellent à la fin des énergies fossiles, à un avenir reposant à 100% sur  les énergies renouvelables et à un accord fort à Paris en décembre.

Documentation

Actualités

Réactions

Vidéo

Photo

Illustrations

Rapports et liens utlies

Citations clés

  • « Le message du Pape François offre au débat sur le changement climatique une portée morale dont nous avions besoin. Le changement climatique n’est plus uniquement un sujet scientifique mais relève de plus en plus de l’éthique et de la morale. Il affecte nos vies, nos droits, et en particulier les communautés les plus pauvres, marginalisées et vulnérables. Face à ce défi pour la nature et l’humanité, nous devons respecter notre Terre et utiliser ses ressources de manière raisonnée et juste. Ce n’est qu’en redécouvrant notre solidarité les uns envers les autres, en arrêtant le gaspillage, et en adoptant de nouveaux modèles de consommation et de production durables, que nous pourrons sauver notre planète, sa diversité exceptionnelle et assurer un avenir prospère à tous. En tant qu’organisation environnementale, le WWF est aussi animé par l’envie de construire un monde dans lequel les êtres humains vivent, ensemble, en harmonie avec la nature, selon des valeurs d’équité et de solidarité. Nous espérons que l’attention croissante portée sur le changement climatique et le développement durable cette année pourra se traduire par des engagements réels de la part de tous les gouvernements. 2015 doit être l’année de décisions concrètes, justes et à fort impact, l’année où personne ne pourra rester sans agir. » – Yolanda Kakabadse, présidente du WWF
  • « L’appel moral à l’action lancé par le pape est on ne peut plus clair : il est temps de tourner la page des combustibles fossiles et de construire un avenir énergétique propre. En donnant à la crise climatique une dimension spirituelle et morale, le pape François a attiré l’attention sur la transition éthique et économique à opérer d’urgence pour éviter un changement climatique catastrophique et pour combattre les inégalités croissantes. Cette lettre va sans aucun doute donner une nouvelle impulsion aux mesures climatiques que réclament des millions d’institutions, d’élus et d’habitants aux quatre coins du monde. Aujourd’hui plus que jamais, il est évident que l’ère des combustibles fossiles touche à sa fin et avec elle, espérons-le, celle des inégalités et de la pauvreté croissante. En soutenant le mouvement en plein essor du désinvestissement des combustibles fossiles, l’appel du pape ne peut qu’accélérer la transition vers un avenir énergétique propre.» – May Boeve, directrice générale de 350.org
  • “EELV salue l’engagement du Pape François en faveur de l’écologie et de la préservation de la planète après la publication d’une encyclique dédiée jeudi 18 juin. Selon le souverain pontife, «le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous.Pour les écologistes, la convergence de tous les mouvements humains et sociaux de notre société – dont font partie les religions – vers une confrontation commune à un défi de civilisation sans précédent est essentielle pour éveiller les consciences de toutes et tous et gagner collectivement la bataille climatique. Rejet du consumérisme, apologie de la sobriété, dénonciation des puissances de l’argent, questionnement légitime autour du progrès et en particulier des OGM, reconnaissance de la dette écologique entre les pays du Nord et pays du Sud : à quelques mois de la conférence-climat de Paris il s’agit là d’un engagement appréciable qui devra aboutir à un accord ambitieux, contraignant et international sur le climat. EELV appelle enfin toutes les composantes de la société à s’unir vers un engagement sans précédent pour la cause climatique, condition nécessaire et suffisante pour dépasser les intérêts particuliers qui prévalent sur le bien commun et assurer un avenir meilleur à l’ensemble de l’humanité.” – Julien Bayou, Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux EELV
  • « Les prochains mois seront déterminants sur les sujets du climat et du développement. Nous espérons que les décideurs politiques prendront en compte les messages forts portés par l’encyclique, et que les résultats de ces réunions internationales mettront au premier rang l’intérêt général et la préservation des biens communs. Cette encyclique est un encouragement pour faire prendre conscience qu’approche écologique et approche sociale sont indissociables » – Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire.
  • “L’encyclique « Laudato Sii » publiée ce 18 juin 2015 par le pape François interpelle les femmes et les hommes de bonne volonté : « Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer. ». « Il n’y a pas deux crises séparées, une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale.». L’écologie intégrale englobe toutes les sphères économique, politique, culturelle, sociale et environnementale. Cela implique donc une réponse globale à la crise, en luttant à la fois contre la pauvreté, l’injustice et les impacts climatiques et environnementaux. Il s’agit de répondre à la question suivante : « Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ? » et comment vivre autrement pour faire advenir une solidarité universelle ? Au Secours Catholique-Caritas France, nous sommes non seulement prêts à répondre à cet appel, mais nous sommes déjà en marche, avec l’ensemble de nos partenaires Caritas, pour construire un monde plus sobre, respectueux de la nature, plus juste politiquement, socialement, économiquement et donc attentifs à intégrer réellement les plus fragiles d’entre nous. Comme le souligne l’encyclique, il est temps pour l’humanité de reconnaitre la nécessité de changer de gouvernance, de style de vie, de modèles de production et de consommation pour lutter véritablement contre la crise « socio-environnementale » que dénonce l’encyclique: tous les citoyens et membres de la société doivent agir et transformer leurs modes de pensée. « Nous devons aller vers plus de sobriété et d’attention aux plus vulnérables. Nous devons agir avec eux pour construire un monde juste et fraternel » –Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique-Caritas France.
  • « Le pape appelle tout le monde à changer son point de vue et sa manière de vivre pour changer le monde.  C’est un appel àlaisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ? » et comment vivre autrement pour faire advenir une solidarité universelle ? « Au Secours Catholique-Caritas France, nous sommes non seulement prêts à répondre à cet appel, mais nous sommes déjà en marche, avec l’ensemble de nos partenaires Caritas, pour construire un monde plus sobre, respectueux de la nature, plus juste politiquement, socialement, économiquement et donc attentifs à intégrer réellement les plus fragiles d’entre nous. Comme le souligne l’encyclique, il est temps pour l’humanité de reconnaitre la nécessité de changer de gouvernance, de style de vie, de modèles de production et de consommation pour lutter véritablement contre la crise « socio-environnementale » que dénonce l’encyclique: tous les citoyens et membres de la société doivent agir et transformer leurs modes de pensée. « Nous devons aller vers plus de sobriété et d’attention aux plus vulnérables. Nous devons agir avec eux pour construire un monde juste et fraternel » – Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique-Caritas France. changer les manières de vivre, de comprendre, de réfléchir. Le pape reconnaît que l’homme a des responsabilités à l’égard de ce qui se passe et qu’il a une charge personnelle à l’égard du monde, mais il vise une écologie intégrale, c’est-à-dire qu’il ne veut pas sauver le monde contre l’homme. Il veut sauver l’homme dans le monde. Cette encyclique exprime un combat permanent, pas un combat nouveau et le pape François cite abondamment ses deux prédécesseurs, dont il reprend un certain nombre d’expressions ». – Mgr Vingt-Trois, Archevêque de Paris

Alertes sur le même sujet

Plus de tweets